Pierrot et Colombine, le 10/06/2014

Note d’intention

robe_jardinetpaon

Pierrot aime Colombine, son amie d’enfance qui habite la petite maison blanche en face de la sienne.  Mais Colombine est blanchisseuse et travaille le jour, tandis que Pierrot est boulanger et travaille la nuit. . Passe Arlequin, le peintre aux couleurs de l’arc-en-ciel…  Ce trio mythique nous emporte alors à la découverte de soi et de l’autre.

 

Pierrot, boulanger/Colombine, blanchisseuse : la nuit et le jour. Cette histoire est l’histoire universelle de la quête d’identité. Qui suis-je ? Qu’et ce que je veux ou ne veux pas ?

Et une fois que l’on sait ça, comment faire pour le crier haut et fort ? Pour faire en sorte d’être acteur de sa vie ?

Pierrot et Colombine nous mènent sur ce chemin de croix ; avec la complicité d’Arlequin qui permettra à Colombine, bien malgré lui, de comprendre que ce qu’elle veut n’est peut-être pas ce qu’elle croit ; et à Pierrot de crier haut et fort : voilà ce que je suis !

Pierrot et Colombine. Colombine ou Arlequine? Colombine et Arlequin. Le jour et la nuit… L’hiver ou l’été ? Le blanc ou l’arc en ciel ? Tant de tentatives de conquérir l’absolu, et son opposé…

Ce tourbillon infernal met de la poudre aux yeux, et des couleurs plein la tête,  tout en laissant derrière lui quelques notes qui nous reviennent « au clair de la lune… », et tente de nous apprendre à regarder plus profondément les gens et les choses qui nous entourent.

 

Deux tables. Deux comédiennes. Des tissus de blanchisseuse et de la farine de boulanger. Trois lampes. Et nous vous embarquons à petits pas et grands sourires vers la découverte de l’autre que l’on croyait pourtant si bien connaître…

D’après : « Les secrets de la nuit » de Michel Tournier.